Le chômage

Disciplines, classes et programmes

Enseignement exploratoire de Sciences Economiques et Sociales (programme de 2010), partie 4 : Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une insuffisance de la demande ?

Découverte : affronte le contradicteur

Auteur

Joachim Dornbusch, professeur agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Utilisation

image_1

Cette animation permet aux élèves de se confronter à quelques arguments courants concernant la relation salaire-emploi. Quelles que soient les options qu'ils choisiront de défendre, des objections seront soulevées. On peut imaginer une utilisation en classe avec des réponses collectives. A l'inverse, les élèves peuvent aussi utiliser l'animation de façon individuelle afin de roder leurs arguments en vue d'un débat en classe.

Aboutissement

image_2

Lorsque l'élève a défendu un point de vue de façon cohérente à quelques reprises, une conclusion provisoire apparaît. Il est toutefois possible de reprendre le débat avec un autre point de vue. Cela peut permettre de faire émerger une situation de conflit cognitif.

Cours : l'équilibre du marché du travail (approche standard)

Auteur

Joachim Dornbusch, professeur agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Utilisation

Ce cours introduit de manière intuitive la construction de la courbe d'offre de travail et de celle de demande.

Après une brève justification, chaque courbe peut être manipulée de manière à illustrer les différents déplacements possibles.

Etape 1

image_1

On commence par positionner le vocabulaire en distinguant clairement offre et demande de travail et d'emploi.

Les élèves pourront être envoyés au TNI afin de tester leurs réponses.

Etape 2

image_2

A partir d'un cas de figure très simple, deux questions réponses vont permettre de justifier la forme de la courbe d'offre de travail.

Etape 3

image_3

La courbe d'offre de travail est présentée sous forme interactive : un curseur placé sur la courbe permettra au professeur d'illustrer son propos en faisant varier le niveau des salaires.

Etape 4

image_4

Cette petite animation permet de comprendre comment l'entreprise fixe son niveau de demande de travail.

Pour chaque question, les élèves cliqueront sur le dernier travailleur embauché. Au fil des répétitions, ils prendront conscience de la relation inverse entre niveau des salaires et de l'emploi compte tenu des hypothèses faites ici sur la productivité marginale du travail.

Etape 5

image_5

La courbe de demande de travail est maintenant présentée avec le même mode d'interactivité qu'à l'étape 3.

Etape 6

image_6

Pour finir, les deux courbes sont réunies sur un même graphe interactif.

En déplaçant le curseur de salaire, le professeur va pouvoir illustrer les différents cas de figure pouvant se présenter sur le marché du travail.

Activité : la détermination de la demande de travail (approche standard)

Auteur

Joachim Dornbusch, professeur agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Utilisation

Cette animation illustre l'approche néoclassique de la détermination de la demande de travail. Elle place l'élève dans la situation de l'entreprise qui doit, à court terme, déterminer sa demande de travail selon le taux des salaires.

Au lieu d'un calcul d'optimum, c'est une recherche par tâtonnement qui est proposée. Ce n'est que lorsque l'optimum est trouvé que la flèche permettant de passer au mois suivant devient active.

L'élève voit ainsi se dessiner peu à peu sous ses yeux la corrélation inverse entre demande de travail et taux des salaires.

Point de départ

image_1

Initialement, le taux des salaires est déterminé aléatoirement et le niveau d'embauche est fixé arbitrairement à cinq salariés.

Recherche de l'optimum

image_2

Faites varier le niveau d'embauche afin de maximiser le bénéfice. La flèche permettant de passer au mois suivant devient active.

Au cours de votre tâtonnement, une flèche noire vous indique si le bénéfice augmente ou se réduit : vous savez ainsi si vous vous approchez ou si vous vous éloignez du niveau d'embauche optimal.

Suivi chronologique

image_3

En répétant la démarche plusieurs fois, il devient clair que la demande d'emploi réagit négativement à toute hausse des salaires.

Cette corrélation inverse se manifeste graphiquement dans le tracé des deux graphes.

Pour approfondir

image_4

Les détails des raisonnements et des calculs apparaîtront dans de petites fenêtres déplaçables si vous cliquez sur l'un des nombreux symboles de loupes.

Proposition de travaux dirigés

Voici un exemple de démarche pédagogique s'appuyant sur cette animation pour initier les élèves au raisonnement néoclassique concernant la relation salaire emploi.

  • En utilisant les flèches orange, faites varier le nombre de salariés pour obtenir le plus haut bénéfice possible.

Lorsque le maximum est atteint, passez au mois suivant

  • Les salaires ont-ils augmenté ou diminué ? Cherchez à nouveau à maximiser le bénéfice. Le nombre de salariés a-t-il augmenté ou diminué ?

Répétez cette opération pour deux ou trois mois consécutifs.

  • Cherchez à nouveau à optimiser le bénéfice. Choisissez un salarié situé avant le dernier embauché : fait-il gagner ou perdre de l'argent à l'entreprise ? Pourquoi ?

Pour obtenir ces détails, cliquez sur la petite loupe située sur l'icône du salarié.

  • Embauchez quelques salariés de plus. Cliquez sur la loupe du dernier embauché : fait-il gagner ou perdre de l'argent à l'entreprise ? Pourquoi ?
  • Cliquez sur la petite loupe de la rubrique "production" : expliquez pourquoi la productivité marginale du travail est qualifiée de "décroissante".

Réflexion et synthèse

  • Quelle relation observe-t-on entre la courbe des salaires et celle du nombre de salariés embauchés ?
  • Pourquoi est-ce que l'entreprise embauche seulement un certain nombre de salariés puis s'arrête d'embaucher ?
  • Est-ce que le niveau de production supplémentaire généré par chaque travailleur a été fixé au hasard ? Pourquoi ?