Logoanimeco

Fiches pédagogiques

Application

Réseau social et recherche d'emploi

Auteur

Isabelle Gautier, professeur agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Utilisation

Le jeu utilise les données récentes des travaux sociologiques et économiques français pour montrer que :

  • divers canaux sont utilisables pour trouver un emploi ; le réseau social familial, amical ou professionnel de la personne en fait partie ; l’utilisation de plusieurs canaux pour appuyer une même demande renforce les chances d’accéder à un emploi ;
  • ces chances dépendent aussi de caractéristiques socioéconomiques concernant les personnes. (âge , sexe, PCS, actif occupé ou chômeur, débutant ou expérimenté…) et du fait d’avoir ou non déjà un emploi. La simulation ne se limite pas aux chômeurs : l’enquête emploi de l’Insee montre que 3 millions de personnes changent d’emploi chaque année, la moitié ne passant pas par une période de chômage.

La démonstration utilise un personnage qui peut trouver relativement facilement un emploi pour montrer une partie des possibilités.

Le jeu permet d’utiliser différents personnages pour comparer leurs réussites dans la recherche d’emploi. Un objectif de rapidité est intégré pour stimuler le jeu : il ne s’agit pas d’une pendule qui tourne mais de la comptabilisation du nombre d’actions effectuées. Il faut réfléchir pour avoir des actions efficaces. Cependant, comme dans tout jeu, une part aléatoire existe.

Le jeu se déroule grâce à l’utilisation de différentes activités de recherche d’emploi qui peuvent permettre d’obtenir des informations sur les emplois vacants, des rendez-vous puis un emploi ou échouer. Le choix a été fait qu’au moins 3 types d’activité sur les 5 prévues (4 sur 6 pour un chômeur) doivent avoir été utilisées pour qu’un emploi puisse être obtenu. S’il s’agit d’un chômeur, cette démarche est encouragée par le conseiller de pôle emploi. Ce conseiller permet d’obtenir des informations pour diversifier ses activités de recherche, il peut connaître des offres et donner un appui.

Utilisation

LES DIFFERENTES ACTIONS POUR TROUVER UN EMPLOI

Chaque action accomplie augmente la durée du jeu d’un tour. Le résultat d’une action peut être immédiat (par exemple, lorsque un chef d’entreprise du réseau est contacté et qu’il a un emploi correspondant à proposer) ou différé. Ainsi plus le temps passe, plus le nombre d’actions différées jouées est important et plus la chance d’obtenir un emploi est important.

Pour obliger le joueur à utiliser plusieurs actions, un résultat positif ne peut pas être obtenu avant l’utilisation d’au moins 3 types de moyens (4 pour les chômeurs qui ont à leur disposition pôle emploi).

Les petites annonces

Vous choisissez dans les annonces les postes qui vous correspondent en cliquant sur le nom de l’entreprise puis vous envoyer un CV ou/et une lettre de motivation.

Un rendez-vous peut être fixé, une date est alors prévue : le bouton « Lire un message » apparaît et clignote. Les messages peuvent également être lus à cliquant sur le bouton « Choisir une action » puis « Lire les messages ».

Le résultat du rendez-vous peut prendre un certain temps avant d’apparaître (obtention de l’emploi ou non).

Les petites annonces sont mises à jour chaque fois que ce type d’action est choisi : les 5 premières annonces sont alors modifiées.

Dans les enquêtes, environ 4 à 5 % des salariés ont trouvé leur emploi grâce à une petite annonce.

Panneau de jeu :

Vue du panneau pour les annonces

Le clic sur une entreprise :

  • fait apparaître la possibilité d'envoyer un curriculum vitae et une lettre de motivation ;
  • est noté dans le panneau à droite en bas qui indique chaque nouvelle action ;

Rechercher une entreprise

Une lettre de « candidature spontanée » peut être envoyée à des entreprises dont l’adresse a été donnée par un annuaire ou donnée directement à une entreprise proche. L’action est incertaine puisque l’entreprise risque de ne pas chercher de salarié. Les entreprises se constituent cependant ainsi un « vivier » de salariés potentiels dans lequel ils piochent en cas d’emploi à pourvoir.

Dans l’enquête emploi 2009 de l’Insee, environ 40 % des salariés déclarent avoir trouvé leur emploi par candidature spontanée ou démarche personnelle auprès de l’entreprise.

Nathalie Chauvac (référence complète ci-dessous) dans l’enquête pour sa thèse obtient 9 % pour les candidatures spontanées.

Déposer un CV sur un site internet

Plusieurs sites sont proposés dont les noms indiquent leur spécialité. Plus d’informations peuvent être obtenues en laissant la souris sur le bouton correspondant au site. Aucun emploi ne peut être obtenu si le site choisi ne correspond pas à l’emploi recherché.

Selon les enquêtes sur le recrutement, 4 à 5 % des entreprises ont recruté par ce canal (thèse de Nathalie Chauvac p.230).

Ecoles et centres de formation

L’ école ou le centre de formation peuvent faire circuler le CV. Il est aussi possible d’adhérer à une association d’anciens élèves et/ou à une association professionnelle.

Selon les enquêtes, 3 à 11 % des entreprises recrutent ainsi.

Contacter une personne de son réseau social

Les réseaux sociaux sont représentés par des ovales, reliés entre eux si les personnes sont liées. Un trait noir représente un lien fort, un trait bleu un lien faible.

Vue d'un réseau social

En laissant la souris sur un ovale, on obtient les caractéristiques de la personne.

La sélection se fait par clic et permet d’obtenir tout de suite ou de manière différée :

  • un rendez-vous si la personne contactée est chef d’entreprise ou une personne qui décide des embauches,
  • le contact peut échouer,
  • une information sur un emploi vacant,
  • un appui pour un emploi vacant.

Dans ces deux dernier cas, le joueur peut : envoyer un curriculum vitae, une lettre de motivation ou les deux.

La lettre de motivation augmente les chances d’obtenir l’emploi mais nécessite des recherches sur l’emploi qui prennent du temps.

L’envoi peut aboutir à un rendez-vous ou peut échouer.

On suppose dans le jeu que les informations circulent dans un même réseau : une personne liée à une autre apporte peu d’informations nouvelles. Le lien est indiqué dans le jeu par un trait entre les deux personnes.

D’après l’enquête emploi 2009 de l’Insee, un peu plus de 20 % des salariés déclarent avoir obtenu leur emploi par relations. Dans l’enquête de Nathalie Chauvac, c’est 51 %.

Messages

Le joueur est informé des rendez-vous ou des informations données par vos contacts par des messages accessibles à partir du bouton « Choisir une action » puis « Lire les messages » ou à partir du bouton clignotant « Lire un message ».

Certains messages nécessitent une réaction : lorsque le joueur est informé qu’un membre de son réseau a des informations sur un poste libre ou vous appuie pour celui-ci, vous devez envoyer à l’entreprise un CV ou/et une lettre de motivation.

Pôle emploi

Pôle emploi n’est accessible que si la personne est au chômage ; il permet de :

  • prendre rendez-vous avec un conseiller ;
  • apprendre à écrire un CV ou une lettre de motivation ;
  • obtenir des informations sur les offres d’emploi.

Le conseiller :

  • donne des conseils pour la recherche d’emploi ;
  • peut connaître des emplois adaptés ;
  • peut appuyer la demande d’un emploi (ce qui favorise son obtention).

Dans l’enquête de Nathalie Chauvac, 19 % des chômeurs trouvent un emploi par un dispositif de médiation.

Fin du jeu

Lorsqu’un emploi est trouvé :

  • le temps passé est comparé au temps moyen possible selon les caractéristiques du personnage ;
  • lorsque l’emploi a été trouvé grâce à un contact du réseau social, la longueur de la chaîne et son contexte sont précisés. Les données de l’enquête de Nathalie Chauvac sont utilisées et les contextes inspirés de ceux réels cités dans sa thèse.
  • la recherche est analysée selon les critères suivants : utilisation de plusieurs moyens, de contacts de réseaux différents, meilleur résultat d’une lettre de motivation plutôt qu’un simple envoi de curriculum vitae ;
  • - des informations statistiques sont données sur les façons de trouver un emploi selon les enquêtes françaises pour les personnes de même caractéristiques sociales que le personnage : le temps de chômage avant l’emploi a été calculé à partir des résultats de l’enquête emploi de l’Insee ; le type de moyen utilisé pour trouver un emploi provient de l’enquête de Nathalie Chauvac.

REFERENCES

  • (1) l’enquête-emploi de l’Insee. Nous avons utilisé celle de 2009 téléchargeable en ligne.
  • (2) l’enquête à la base de la thèse de sociologie de Nathalie Chauvac 2011 : « L’embauche, une histoire de relations ? Réseaux et dispositifs de médiation au cœur du marché de l’emploi » hal.archives-ouvertes.fr
  • Une référence complémentaire intéressante est la présentation de la démarche de recherche d’emploi en utilisant son réseau (texte dont l’auteur est malheureusement perdu) : http://manuel.boutet.free.fr/Reseau.pdf

MODELE UTILISE POUR LES RESULTATS DES ACTIONS

Les résultats des deux enquêtes précédemment citées sont utilisés pour faire intervenir les types d’action utilisés et les données socioéconomiques concernant les personnes. Elles ne donnent pas les mêmes résultats. Nous avons privilégié les données de Nathalie Chauvac qui permettaient, pour notre sujet « les réseaux dans la recherche d’emploi », d’étudier les effets des données socioéconomiques du personnage sur la longueur des réseaux.

Ces enquêtes n’indiquent pas le nombre d’actions réalisées pour trouver un emploi : si les relations sont plus souvent citées comme moyen pour avoir obtenu l’emploi que les annonces, rien ne dit que ce résultat provient de l’efficacité de ce moyen ou de la fréquence de son etape. Pour le jeu, c’est l’efficacité de chaque moyen qui nous aurait été utile. Nous avons cependant considéré que la hiérarchie était la même d’une part pour les moyens ayant permis d’obtenir un emploi (résultats donnés par les enquêtes), d’autre part pour l’efficacité de chaque moyen (dans le jeu).

La probabilité d’avoir un emploi suite à une action dépend d’une probabilité arbitraire calculée pour que le jeu ne dure pas trop longtemps (en moyenne 30 tours pour un cadre expérimenté) et des résultats des enquêtes, par exemples :

Moyens d'accès à l'emploi en %

Dans le jeu, les candidatures spontanées auront 9 % de chances de conduire à un emploi. Les cadres déclarent dans 6 % des cas avoir obtenu leur emploi par une candidature spontanée : c’est 0,67 fois moins que l’ensemble ; les salariés expérimentés déclarent dans 7,2 % des cas avoir obtenu leur emploi de cette façon : c’est 0,8 fois moins que l’ensemble => la probabilité pour qu’une candidature spontanée d’un personnage représentant un cadre expérimenté aboutisse à un emploi sera de 9 % x 0,67 x 0,8 = 4,84 %.

Rôles des contacts en %

Dans le jeu, parmi les contacts qui aboutissent, 19 % aboutissent à une simple information. Le résultat dépend aussi du type de contact, par exemple, lorsqu’une relation professionnelle est à l’origine de l’emploi, dans 30 % des cas le recrutement a été direct, alors que ce n’est le cas que dans 13 % des cas lorsque le contact était personnel (Nathalie Chauvac (1) page 437).

La probabilité totale (arbitraire x liée à l’action) est répartie sur les 2 ou 3 phases :

Actions en 2 phases : répondre aux annonces, envoyer une candidature spontanée ou internet

Action en 2 temps

Actions en 3 temps : contacts d’une personne d’un réseau conduisant à une information ou un appui

Action en 3 temps

La longueur des chaînes est précisée lorsque l’emploi est trouvé grâce à un contact.

Dans 60 % des cas, il s’agit d’une chaîne de rang 2, dans 34 % des cas de rang 1 et dans 6 % des cas de rang 3. Cette longueur dépend du type de réseau utilisé (professionnel ou non) et du type de rôle (information, appui, recrutement) (thèse de Nathalie Chauvac pages 379 et suivantes).

CV DU PERSONNAGE

Les CV présentés sont inspirés de CV réels.

DETERMINATION DU RESEAU SOCIAL

Le programme détermine le réseau social existant auquel pourra faire appel l’utilisateur. Ses caractéristiques dépendent du personnage.

Sans entrer dans la discussion des liens forts ou faibles (voir la thèse de Nathalie Chauvac pages 412 et suivantes), les chances d’obtenir un emploi sont plus élevées si l’on contacte des personnes qui ne sont pas en relations entre elles (dans le jeu, les relations entre 2 personnes sont indiquées par un trait).

4 réseaux sont distingués : famille, amis (liens forts, l’origine des amis peut être diverse), de travail, personnel (bonnes connaissances liées au voisinage, aux écoles des enfants s’il y a lieu, aux associations).

Le réseau familial

Le réseau familial est constitué de manière probabiliste en utilisant les données de l’Insee :

  • Le nombre d’enfants dépend de la PCS du père (Insee) et du diplôme de la mère : un coefficient dégressif avec le niveau de celui-ci a été appliqué aux taux de fécondité : (Ined)
  • La catégorie sociale des ascendants est choisie de manière probabiliste en fonction des statistiques de mobilité sociale de 2003 (http://www.insee.fr/). Seules les professions connues sont prises en compte dans nos calculs. Pour les fratries, les données manquent. Il a été considéré que les membres de la fratrie du même sexe avaient 1 chance sur 2 d’avoir la même PCS que le personnage et que, sinon, la probabilité d’avoir une PCS donnée était liée aux tables de destinée en fonction de la PCS du père.
  • Le fait d’avoir un emploi ou d’être au chômage dépend des taux par PCS de 2009 (dernières données publiées sur le site de l’Insee).

Le réseau amical

Le nombre d’amis, puis leurs caractéristiques, sont déterminées dans le jeu par l’âge, la catégorie sociale et le sexe de la personne étudiée, en fonction des résultats de l’étude de l’Insee de Jea-Louis Pan ké Shom (« D’où sont mes amis venus ? » Insee Première n°613, octobre 1998 : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip613.pdf

Les relations entre les amis sont d’autant plus fréquentes que leur origine (études, travail, voisins, présentés par des amis, par la famille, d’école des enfants ou d’associations) est commune. Les liens étant forts dans le réseau amical, les informations seront identiques si les amis sont en relation (la relation forte est indiquée par un trait noir entre les deux personnes).

Le réseau de travail

a deux composantes : les connaissances liées au travail actuel si le personnage a un emploi et celles liées aux emplois précédents s’il y en a eu un. Un jeune sortant des études sans stage et chômeur n’a pas de réseau de travail.

Les relations entre les personnes du réseau de travail sont fréquentes quand l’origine est identique, rares sinon.

Le réseau personnel

peut être de voisinage, d’association, d’école des enfants. Les connaissances sont peu étudiées statistiquement, d’autant plus que certains sociologues écrivent qu’elles peuvent atteindre plus de 1000 personnes…

Nous avons considéré qu’elles étaient influencées par les caractéristiques socioéconomiques concernant les personnes de la même façon que les amis mais avec un facteur aléatoire plus important.