Logoanimeco

Fiches pédagogiques

Application

Les crédits et le marché monétaire

Auteur

Isabelle Gautier, professeur agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Utilisation

Le but de la simulation est de montrer que les banques commerciales ne peuvent pas créer totalement librement de la monnaie, qu'elles sont limitées par le besoin de refinancement. Dans le cas d'une politique monétaire restrictive, les banques commerciales ont des difficultés à se refinancer et ce dernier a un coût élevé. La création monétaire dépend donc à la fois des crédits à l'économie, des choix des banques et de la politique monétaire.

L'application simule le fonctionnement du marché monétaire interbancaire et du rôle de prêteur en dernier ressort de la banque centrale. L'élève joue le rôle d'une banque commerciale. Le jeu comprend 3 banques et la banque centrale. Il y a donc 2 banques commerciales et la banque centrale simulées par l'application. Les actions sont limitées aux crédits à l'économie (détermination du montant et du taux d'intérêt) et aux prêts/crédits à court terme sur le marché monétaire.

L'application peut être utilisée en classe, en travaux dirigés ou en autonomie par l'élève. Un TD est proposé dans les compléments.

Dans un but pédagogique l'application est séparée en 2 parties :

  • Le marché monétaire interbancaire
  • Les crédits à l'économie

Aides et explications

  • Une aide est disponible au survol des éléments : laisser la souris sur un élément (par exemple : "taux directeur") et l'aide apparaît.
  • Les panneaux de commentaire, sur fond noir, se ferment en cliquant dessus.

Le marché monétaire interbancaire

Le jeu dure 12 tours : 6 tours avec un excédent de financement, 6 tours avec un besoin de financement (l'ordre de départ est aléatoire).

Le but est d'obtenir un taux d'intérêt le plus faible possible s'il s'agit d'un besoin de financement ; le plus élevé s'il s'agit d'un excédent de financement.

Le commentaire pousse à raisonner par rapport au taux directeur.

  • Le taux directeur est utilisé par la banque centrale pour prêter aux banques en besoin de financement mais pour des montants limités. Il n'est donc pas toujours possible d'emprunter à ce taux l'ensemble du besoin de financement.
  • La banque centrale prête au taux de facilité de prêt marginal pour des montants illimités aux banques. C'est donc le taux maximal utilisé : il serait illogique qu'une banque emprunte à un taux supérieur.
  • En cas d'excédent de financement, une banque peut déposer cet excédent à la banque centrale, elle obtient alors un taux d'intérêt égal au taux de facilité de dépôt. C'est le taux d'intérêt minimal sur le marché monétaire.
  • Les taux choisis par les banques se situent donc entre les taux de dépôt et de crédit de la banque centrale ; en général, autour du taux directeur.

Vue du marché monétaire interbancaire

Dans la partie "marché monétaire interbancaire" seule, les excédents et liquidités des banques sont aléatoires ainsi que les taux de leurs propositions (entre les extrêmes).

En cas de besoin de financement, les possibilités sont :

  • l'utilisation de la facilité de prêt de la banque centrale au taux précisé, il faut fixer le montant choisi ;
  • faire une demande d'emprunt aux autres banques. Il faut fixer le montant et le taux d'intérêt. Cette possibilité est à utiliser lorsque les offres des autres banques ont un montant supérieur au besoin du joueur ;
  • accepter une ou plusieurs offres des autres banques ;
  • répondre à l'appel d'offre de la banque centrale. Il faut fixer le montant.

Le total des propositions doit être égal au besoin de financement pour poursuivre.

Lors de la validation, la banque centrale précise le montant accordé pour l'appel d'offre : il n'est plus possible de modifier cet élément. Si le besoin de financement n'est pas totalement satisfait, il faut compléter la réponse.

Appel d'offre partiellement accepté par la banque centrale

Le commentaire final précise les points obtenus (positifs si le taux obtenu est inférieur au taux directeur, négatif sinon).

Les crédits à l'économie

La partie nouvelle concerne le choix d'une offre et d'un taux de crédit. Elle conditionne le besoin ou l'excédent de financement qui sera ensuite négocié sur le marché monétaire interbancaire (qui fonctionne comme précédemment).

Le but est d'obtenir un bénéfice sur crédits le plus élevé possible.

  • Pour choisir l'offre de crédits, il faut tenir compte des taux proposés par les autres banques : la demande va d'abord vers les taux les plus faibles.
  • Il est précisé le poids de la banque dans les dépôts. Cet élément permet une estimation des crédits qui n'auront pas pour conséquence un besoin de financement. En effet, si la banque représente 1/4 du total des dépôts, elle peut s'attendre à ce qu'1/4 de ses crédits reste chez elle et qu'1/4 des crédits des autres banques aillent vers elle. Le total des sorties en billets et pièces et des réserves obligatoires est estimé à 10 % des crédits.
Vue du choix des crédits
  • L'offre proposée peut être satisfaite au premier clic sur le bouton "Valider" ou peut nécessiter un complément : on connaît alors les demandes.
Vue du choix des crédits

Le bénéfice sur crédits est calculé comme la somme : des intérêts reçus sur les crédits offerts obtenus - une part fixe (2 M €) - une part variable (1 % des crédits faits) - le coût du financement du besoin de financement ou + les intérêts sur les placements de l'excédent de financement. Il est affiché dans le graphique de droite avec celui des autres banques.

Le TD proposé montre des exemples de questions qui peuvent être posées pour atteindre les objectifs fixés au début de la fiche.

Données utilisées

Les taux de la banque centrale, l'inflation et la croissance sont des données pour 12 trimestres tirés aléatoirement sur la période 1996-2011 en France. Les taux élevés correspondent aux années 1996-2002. Tous les taux sont donnés en valeur annuelle.

Sources :

  • Inflation et croissance : Insee, note de conjoncture de décembre 2008 d2 pour les années 1973-2009 et Information répides pour 2008-2011 : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=29
  • Taux de la banque de France : Insee, note de conjoncture de décembre 2008 d2, juin 2009 f3 et banque de France.
  • Pour les crédits à l'économie, voir : http://webstat.banque-france.fr/fr/quickview.do?SERIES_KEY=223.FIPL.M.FR.N.R.A26.A.1.U6.2250.Z01.E